Premières lignes # 10

Hey les marmottons,

Me revoici pour le rendez vous premières lignes, qui aurai dû être publié dimanche, bref.

« 2 Avril 2014

Tu as tout ?

Jamie, debout dans l’entrée chez mes parents, se rongeait les ongles.

Ses magnifiques yeux bleus me regardaient en souriant, me rappelant la chance que j’ai de pouvoir me dire qu’elle était à moi. »

The Air he breathes

Brittainy C. cherry.

IMG_0301.JPG

Ce livre attend patiemment dans ma PAL, mais mon dieu il me fait vraiment vraiment vraiment envie.

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :
Les Livres de George
• La Chambre rose et noire
• Lectoplum
Songes d’une Walkyrie
Pousse de Gingko
• Colcoriane
Camellia Burrows
Au bazar des mots
Mon univers fantasy
• La bibliothèque de Céline
Charlène Voirin
Eléonore B
Ma lecturothèque
• Free Time – Lecture
Moglug
Light & Smell
Ibidouu

 

Un palais d’épines et de roses

Hey les marmottons,
IMG_0300.JPG

Auteur :

Sarah J.Mass

Edition :

La martinière J. fiction

Pages :

525

Résumé :

En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l’irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.

Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n’a rien d’un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traitre comme une princesse.

Et pourquoi lui et sa cour se cachent-ils derrière des masques ?Quel est le mal qui ronge son royaume et risque de s’étendre à celui des mortels ?

A l’évidence, Feyre n’est pas simple prisonnière. Mais comme une jeune humaine d’origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ? Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.

Mon avis :

J’ai acquis ce roman juste avant le début du mois de la fantasy organisée par Steff (voir article) j’ai gagné lors d’un des nombreux concours qu’elle organise sur le groupe du challenge.

Ici nous nous retrouvons sur une réécriture de contes de la belle et la bête une version un peu moins gentillette.

Feyre (Belle) est une mortelle qui lors d’une chasse pour nourrir sa famille abat un immortel un Fae (Andras) elle doutait que c’est été un immortel jusqu’au jour ou le grand seigneur d’Andras, Tamlin (la bête) vient réclamer le paiment de ce meurtre.

Tamlin va donc emmener Feyre dans ses terres, la cours de printemps.

Il va la garder auprès de lui, en disant  que par le traité établi entre mortel et immortel , Feyre lui doit donc une vie pour celle qu’elle a enlever à Andras.

Mais est ce vraiment la véritable raison de cet enlèvement ?

Vous vous doutez que non, vu que dans le conte de notre enfance il y a la malédiction jetée à la bête et à son royaume.

Mais, n’y a t’il pas quelque chose de plus important qui ce joue ?

Cet univers est beaucoup plus dangereux que celui de conte que nous connaissons.

Dans ce récit il n’y a pas qu’un être surnaturel mais plusieurs, certaine croyez moi pas des plus gentils.

Nous débutons  notre lecture avec la romance entre Fayre et Tamlin mais les choses vont ce compliquer et laisser place à une histoire bien plus vaste, effrayante et cruelle qui se joue entre différents mortels Feyre va retrouver projeté dans ce monde sans pitié.

En résumé :

Malgré un début un peu lent, j’ai été emporté dans cette romance entre  » La belle et la bête » et puis de plus en plus altant, je me suis retrouvée comme jetée auprès des personnages comme-ci j’étais une présence passive du roman derrière Feyre dans chaque recoin du récit.

Comme ci il ne suffisait de tendre la main pour la toucher.

J’ai lu ce roman via une lecture commune qui c’est établie au sein du groupe du mois de la FANTASY.

On se limitait a cinq chapitres par jour et j’avoue que j’avais du mal de m’y tenir mais la vache que c’était bon.

J’ai vraiment adoré faire cette LC on a échangé, donné nos avis, pour certaines cela ne l’a pas fait et pour d’autres jackpot comme pour moi.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ma lecture et j’ai vraiment hâte que le tome 2 sorte en France, je vais me ruer dessus.

Note :

4,5/5

La marmotte qui lit