zalim

img_0040

Auteur :

Carina Rozenfield

Edition :

Scrinéo

Parution :

2016

Prix :

16,90

Pages :

349

4éme de couverture :

Un royaume d’un autre monde, ressemblant fort à notre Norvège, est en proie à la guerre. Il invoque un démon pour l’aider à gagner, qui choisit alors un hôte humain inconnu. Cet hôte oublie son identité humaine à chaque fois que le démon se réveille et le possède, et n’a plus conscience de ses actes.

Qui est l’hôte ? Dans quel camp est-il ? Va-t-il réussir à prendre le dessus sur le démon pour le maîtriser ?

 

En résumé :

Arensdaal riche royaume en guerre contre Rakeshim.

Gouverner par Yalmar entouré de sa fille Elyana, sa fille adoptive Kaïa et sa fiancé Agda.

Dans les lignes armées des deux royaumes certains soldats sont de simples humains, d’autres sont des automates.

Le royaume d’Arensdaal voyant que l’ennemi gagnait du terrain décide de réveiller le monstre, qui l’avait aidé à gagner les précédente guerres, Zalim. Seulement cet entité a besoin d’un hôte humain pour vivre en dehors de l’éther, il a besoin que celui-ci soit fort afin qu’il puisse le contenir sans que la personne ne meurt en quelque minutes.

Zalim pour vivre, puise dans l’énergie de son hôte, énergie qui est consumé petit à petit jusqu’à la mort de la personne possédé. Une fois qu’il à trouvé le corps qu’il recherche et l’intègre il ne peu plus être contrôlé.

Malheureusement on ne sais pas toujours qui est la personne qui héberge Zalim.

Lorsque cette créature sort il massacre tout le monde sans distinction ce qui s’avère efficace quand il s’en prend à l’ennemi.

Les choses vont elles de nouveaux se reproduire à l’identique ?

L’hôte va t’il se laisser posséder ?

Ce que j’en pense :

Au début j’ai eu un peu de mal à entrer dans le récit mais j’ai persisté.

Je me perdais dans les personnages mais au fils des pages je m’y suis retrouvé après de  nombreux retour en arrière, ensuite j’ai pu facilement me laisser emporter.

Dans le monde de Carina, sorcières, Hommes, monstre (les monstre ne sont pas toujours ceux que l’on crois) se côtoient.

Un attachement aux divers protagonistes c’est créé Yalmar, Elyana, Kaïa, Agda, Lucia, Ederina bref tous, sauf l’ennemi bien sûr.

J’ai été surprise par les choix de l’auteur sur plein de choses, en plus de l’intrigue, j’ai vraiment apprécié.

J’avais peur de tomber dans les clichés de la futur belle-mère acariâtre, qui va prendre possession de Zalim par tous les moyens pour au final ce faire renverser par ses belles-filles, mais non !

Le mélange des genres est vraiment pas mal aussi, j’ai eu l’impression de me retrouver dans un univers médiéval mais avec un côté plutôt futuriste, j’ai franchement accroché avec le concept.

Et LA la cerise sur le gâteau contre toute attente j’aime beaucoup le personnage de Zalim.

Que dire de mieux à part que j’ai passé un super moment lecture, ce fut presque un coup de cœur.

 

4.5/5

La marmotte qui lit

 

 

L’amie prodigieuse

 

20170814_212815
L’une des dernières photos que j’ai prise avec ma princesse avant qu’elle ne parte.

 L’amie prodigieuse

~~~~

Auteur

Elena Ferrante

Edition

Folio

Parution

01/01/2016

Prix

8,20

Pages

448

4éme de couverture :

«Je ne suis pas nostalgique de notre enfance : elle était pleine de violence. C’était la vie, un point c’est tout : et nous grandissions avec l’obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile.» 
Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l’école pour travailler dans l’échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s’éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition. 

 

En résumé :

Nous arrivons dans les quartiers pauvres de Naple dans les années 50.

Nous rencontrons tout d’abord Elena et puis Lila dont le père d’une est portiers de mairie et l’autre cordonnier, autant dire que ces familles ne roule pas sur l’or loin de là même.

D’un côté la fillette pas cool, voir méchante (Lila) et de l’autre le calme, gentille qui cherche a avoir les meilleurs notes (Elena).

Une amitié assez particulière d’un côté destructrice mais en même temps elles se permettent mutuellement de faire face à la dur vie de leur quartier.

Elena calme et douce se fait très souvent malmener par Lila où à cause de celle-ci, mais Lila est également un pilier pour Elena.

On va suivre l’histoire de ces deux filles sur plusieurs années, de leur enfance à leur adolescence.

Les aléas de la puberté, le manque d’argent…

Ce que j’en pense :

Le début m’a semblé un peu long, mais la jolie plume de l’auteur m’a donné envie de continuer.

Je me suis laisser séduire par la force de cette amitié qui unie ces deux gamines.

Je ne sais pas trop comment expliquer ce lien.

Lila est certe par moment désagréable avec Elena, mais lorsque l’on creuse dans ce récit, on se demande si finalement elle ne le fait pas exprès pour qu’Elena dépasse ses limites et soit toujours meilleure et de plus en plus forte.

La force de cœur d’Elena est je pense nécessaire à Lila, pour aider celle-ci à surmonter son existence très compliqué.

J’ai aimé suivre les premières aventures de ses deux demoiselle ainsi que leur groupe d’amis.

Je ne peux pas encore dire si ce tome 1 est un coup de cœur, peut-être que le tome suivant m’y aidera mais pour le moment je vais attendre avant de me procurer la suite.

4.5/5

 

La marmotte qui lit

The hair he breathes

coup de coeur 2

IMG_0301

The air he breathes

~~~~

Auteur

Brittainy C Cherry

Edition

Hugo roman

Prix

17

4éme de couverture

Ils sont en deuil tous les deux, et vont tenter de réapprendre à vivre. Ensemble, ils sauront vaincre les idées reçues. Tristan et Elizabeth sont voisins, ils n’ont rien en commun à part leur passé douloureux. Elle a choisi de continuer à vivre, ne serait-ce que pour sa petite fille Emma. Il a choisi de s’extraire du monde. Mais Elizabeth ne l’entend pas de cette façon. Elle sait qu’ils sont tous les deux en miettes et qu’ensemble ils seront plus forts pour affronter leurs fantômes. C’est sans compter avec toutes les embûches que les habitants de leur petite ville vont mettre sur leur route. Ensemble, ils sauront vaincre les idées reçues.vont endurer vont le fortifier….

Mon résumé

Ici nous rencontrons Tristan la trentaine qui a perdu sa femme et son fils dans un accident de voiture, d’un côté, et Elizabeth (Lizzi) de l’autre qui elle a perdu son mari dans un accident de la route.

Tous deux n’arrivent pas a surmonter la souffrance de ces pertes.

Bien sûr ils vont être amener à ce rencontrer.

Lizzi alors qu’elle c’est enfin décidé à rejoindre sa maison où elle vivait avec son mari va percuter Zeus le chien de Tristan avec sa voiture, forcement comme première rencontre il y a mieux me direz vous.

Lizzi va se rendre compte qu’elle a un nouveau voisin, deviné qui ?

Autant dire que l’entente ne va pas être simple, car le cœur de Tristan est rempli de haine et de colère et celui d’Elizabeth fermé à l’amour, elle  ne vit plus que pour sa fille.

Ce qu’en j’en pense

Ce roman m’a été recommander par Elodie et j’avoue que je ne suis pas déçu de l’avoir écouté encore une fois.

Je ne suis très vite attaché aux personnages, ce roman est une vrai montagne russe d’émotions. Pleurs, rire, surprise, angoisse etc …

J’ai dévoré ce livre en deux jours, impossible de s’en détacher sauf par obligation.

Ce roman fait désormais partie de mes coup de cœur de l’année 2017.

Cette histoire, leurs histoires m’a vraiment touché, je trouve que l’auteur a su à travers ces mots nous faire ressentir les émotions des personnages avec une facilité déroutante.

Et cette fin, la surprise

Je pense que le personnage de Tristan m’a également rappeler quelqu’un qui m’est très proche, des blessures quasiment similaire et un caractère quelque peu identique et forcement je me suis vite attaché à lui.

Bref, j’ai adoré.

5/5

La marmotte qui lit

 

 

Le BGG

le bgg

Auteur:

Roald Dahl

Editions:

Gallimard jeunesse

Pages:

272

Parution:

Juin 2016

Prix:

13,50

La 4éme de couverture

Cette nuit-là, Sophie aperçoit de la fenêtre de l’orphelinat une silhouette immense vêtue d’une longue cape et munie d’une curieuse trompette. Une main énorme s’approche… et la saisit.
Sophie est emmenée au pays des géants.
Terrifiée, elle se demande de quelle façon elle va être dévorée. Mais la petite fille est tombée entre les mains d’un géant peu ordinaire: le BGG, le Bon Gros Géant, qui se nourrit de légumes, parle un langage loufoque et souffle des rêves dans les chambres des enfant.

Mon avis:

Pourquoi j’ai voulu lire le BGG (le bon gros géant) et bien, suite à l’adaptation cinéma que je suis aller voir, j’ai rigolé tout le long du film et je voulais voir si je rirais autant en lisant le roman et aussi pour prolonger le plaisir.

Dans ce roman jeunesse nous rencontrons tout d’abord Sophie qui est une orpheline, qui vit donc dans u orphelinat en Angleterre.

Sophie est insomniaque, lors d’une des ses nombreuses nuit où elle ne ferme pas l’œil elle surprend un géant dans la rue en face de sa fenêtre. Le géant ayant été surpris l’enlève pour que le secret de l’existence des géants reste intègre. Il l’emmène donc dans sa caverne. Sophie pense qu’il va la dévorer mais il s’avère que ce géant le BGG ne mange pas d’homme de terre il est « végétarien ».

Le BGG est un microbe par rapport à ses congénères il ne mesure que 7 mètres de haut au lieu de 15 mètres qui est une moyenne dans son pays.

Ce bon géant est un chasseur, souffleur de rêves avec une élocution quelque peu particulière. Et oui il fait des mélanges dans les mots et des jeux avec.

Ce qui est très hilarant, tel que « fantasfarabuleux » au lieu de  « fantastique ou fabuleux », « En fer et carnation » à la place de « enfer et damnation » mais aussi « Dégoutable »  qui correspond à « Dégoûtant » et bien d’autre encore.

Le BGG fabrique une boisson, un peu beaucoup même, étonnante « La frambouille » dans le livre « La frétibulle » dans le film une sorte d’eau gazeuse où les bulles descende au lieu de monter ce qui provoque des « frétipès » a en décoiffer un chauve.

Bref dans ce récit on suit les aventures de Sophie et du BGG qui cherchent à empêcher les autres géants de dévorer les hommes de terre c’est à dire les humain.

Le livre comme le film sont « formidabulicieux » (ok je suis pas aussi douer que le BGG).

Si vous chercher une lecture simple pour vous délier les zygomatiques je vous recommande le BGG.

C’est un livre que l’on peu lire dès l’âge de 9 ans donc il ravira tout le monde même si je ne suis pas certaine que les jeux de mots soit compréhensible des plus jeunes.

En bref:

Léger, simple et HILARANT.

4/5

Le monde secret de Sombreterre

IMG_0438

Le monde secret de Sombreterre

Tome 1 Le clan perdu

~~~~

 

Auteur:

Cassandra O’ Donell

Edition:

Flammarion Jeunesse

Parution:

Mars 2016

Prix:

10,00

4éme de couverture :

Orphelin, Victor n’est pas un garçon comme les autres. Il parle avec les fantômes et voit des choses que personne d’autre ne perçoit. Quand la jolie et captivante Alina fait irruption dans sa classe avec son horrible monstre invisible sur son épaule, le monde de Victor est bouleversé. Qui est-elle?D’où lui viennent ses étranges et terribles pouvoirs? Et surtout, pourquoi a-t-il l’impression de la connaître et qu’un lien ancien et magique les relie l’un à l’autre?

En résumé:

Pour commencer je trouve cette couverture magnifique.

Cet ouvrage est un roman jeunesse (10-13 ans), c’est du fantastique

Nous rencontrons ici Victor 12 ans, Orphelin.

Victor se sent différent des autres et pour cause, il voit les fantôme et discute avec eux.

Si certain sont sympathique, d’autre le son vraiment moins.

Ce jeune garçon est donc un adolescent très introverti, il ne parle à personne hormis les esprits et son meilleur ami Lucas. un jour une nouvelle élève débarque dans sa classe, Alina, il voit la drôle de créature qu’elle porte sur son épaule et il semblerai que mise à part lui personne ne la voie sauf bien-sûr sa maîtresse, la nouvelle.

Qu’est ce que cela signifie ? Il va vite le découvrir car en plus les esprits s’agitent.

Ce que j’en pense :

Comme c’est un roman jeunesse il a très vite été lu, les protagonistes sont très jeunes, l’écriture est simple mais j’ai beaucoup aimé cette lecture.

J’ai été vite emporté et je tournai et tournai les pages sans faire de pause, bon d’accord il est pas très gros non plus juste quelques heures on suffit a ce récit.

Ce fut une lecture rafraîchissante par la jeunesse des héros mais néanmoins oppressant par l’intrigue.

Je me suis attaché aux personnages, j’ai été emmener par dans cette univers, en bref j’ai beaucoup aimé, d’ailleurs j’attends l’occasion de me procurer le tome 2.

Au début j’étais un peu inquiète par l’âge de référence de ce roman, finalement j’ai apprécier et je l’ai lu sans honte et sans me dire, non mais sérieux à ton âge, je m’en fichait , j’ai dû louper une phase de ma croissance et c’est tant mieux car on oubli vite enfant les choses sont plus simple et sans trop de prise de tête.

4/5

La marmotte qui lit.

 

 

 

La rencontre du dernier espoir.

coup de coeur 2

IMG_0517

La rencontre du dernier espoir

~~~~

Auteur 

Kelley york

Edition

PKJ

Parution

Avril 2017

Prix

17,50

Pages

288

4eme de couverture:

Et si une rencontre pouvait tout changer ?

Durant dix-huit ans, Vincent n’a cessé d’être trimballé de foyer en foyer. Quand Maggie le recueille, il pense avoir enfin trouvé son refuge. Mais il se trompe, une fois de plus. Brisé, Vince consulte Suicide Watch, un forum destiné à ceux qui songent à la mort. Il y rencontre Casper, tentée d’abandonner son combat contre le cancer, et le très discret Adam, qui se croit insignifiant.

Vince va devoir faire un choix : vivre et affronter ses sentiments ou mourir sans savoir s’il aurait pu, un jour, goûter au bonheur.

En résumé :

Nous rencontrons Vincent 18 ans trimbalé de famille d’accueil en famille d’accueil, il a selon lui un comportement irrationnel, pleure pour des broutilles, rit alors qu’il devrait pleurer etc…

Il se sent mal dans sa peau rejeté.

Il va finalement être accueillie par Maggie avec qui pour la première fois de sa vie tout se passe bien, mais cette personne va décéder brutalement, le semblant de stabilité qu’il avait pi trouver s’effondre, il doit quitter la maison.

Maggie lui a légué un peu d’argent qui va lui permettre de « vivre » mais rien en va plus, il décide de s’inscrire sur un forum pro suicide, il y voit des photos et vidéo du dernier instant de d’autres personnes qui en ont asser de vivre. Sur ce forum il va faire la rencontre de Casper et de Roxy avec qui au fils des pages des liens vont se tisser. Ils ont tous les trois la même envie de mort, cette envie de repos éternel.

Vont ‘ils passer à l’acte ensemble ?…

Ce que j’en pense :

J’ai beaucoup aimé l’écriture de ce roman car elle est simple, cela ce lit vite, l’auteur va direct à l’essentiel et ça m’a beaucoup plu, j’ai dévoré ce livre en deux jours si je n’avais pas bosser une journée aurai suffit.

Ce récit est prenant, bouleversant. Mon cœur a eu des loupés, je me suis facilement attaché au personnages. Je trouve qu’ils ont une grande force tout compte fait malgré leurs malheurs, Casper a une beauté d’âme, très communicatif que l’on ne peut que l’aimer, Roxy est écorché. J’avais vraiment envie d’être avec eux et de les soutenir.

Pour moi il a été un véritable coup de cœur.

Je vous conseil vivement de vous plonger dedans sans retenu, bon si vous êtes un peu déprimé peut-être pas, quoi que  le message d’espoir est tellement fort que cela nous remonte un peu le moral. Je pense également qu’en fonction de nos vécu personnel nous interpréteront ce livre de façon différente. Pour moi ce livre à eu une très grosse résonance, c’est surement pour cela qu’il m’a autant touché.

 

5/5

La marmotte qui lit

 

 

Eleanor & Park

Hey ! Coucou mes marmottons,

IMG_1679

Eléanor & Park

~~~~~

Auteur :

Rainbow Rowell

Edition :

PkJ

Pages :

378

Prix :

16,90

Parution :

2014

 

4éme de couverture :

1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s’installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l’ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths… Et qu’importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là.

Je vous raconte :

Dans ce roman nous rencontrons tout d’abord Park qui est un adolescent d’origine coréenne, il n’est pas spécialement populaire dans son lycée mais personne ne le persécute non plus, un beau jour une nouvelle va monter dans le bus, rousse, ronde avec un style particulier, Eléanor, personne ne va l’autorisé à s’asseoir sur le siège auprès d’eux sauf Park.

Au début ils ne vont pas vraiment s’adresser la parole, lui lit ces BD en écoutant de la musique, elle, lit par dessus son épaule, il va vite s’en rendre compte et de là va commencer une très belle histoire.

Eléanor n’est pas particulièrement gâtée par la vie, sa mère c’est remarié avec un type alcoolique et violent qui l’a met très mal à l’aise.

Ils vont tomber amoureux, mais d’un très bel amour, elle va vivre cette histoire en essayant de la cacher, mais vous vous douté, tout ne va pas se passer comme ils le voudraient.

Mon avis :

Les points de vues de nos héros s’alternent environ toutes les 1 ou 2 pages, j’aime beaucoup cette façon de faire.

Les persécutions scolaire sont un peu évoqué, mais pas directement, en sous entendu je dirais.

Un climat familiale plus ou moins compliqué en fonction de qui ont suit d’Eléanor ou de Park.

J’ai adoré ce récit vraiment, leur histoire est touchante, innocente, mais elle se déroule dans une aura d’injustice. J’ai voulu baffé certain personnages et je voulais aider nos deux tourtereaux.

Ce roman aurait pu être un coup de cœur mais il y avait pas mal de mots oubliés, hors la façon de parler qu’a la mère de Park, des mots par-ci par-là et cela m’a beaucoup gêné car très répétitifs comme erreur ce qui m’obligeait à reformuler les phrases au fur et à mesure.

Ce roman était le premier que je lisais de Rainbow Rowell et j’ai aimé, le récit se déroule  si facilement que l’on ne se rend pas compte que l’on avance rapidement chapitres après chapitres et déjà arrive la fin.

Note :

3.5/5

La marmotte qui lit

Les gens heureux lisent et boivent du café

 

lghlebc

Auteur

Agnés Martin-Lugand

Editeur

Pocket

Pages

187

Parution

2013

4ème de couverture:

« Ils étaient partis en chahutant. J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture.

Je m’étaient dit qu’ils étaient mort en riants. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux.

Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continu de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement.

Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence.

Afin d’échapper à son entourage, elle décide de s’exiler en Irlande, seule.

Mais a fuire avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper.

Mon avis:

Ce n’est pas le genre de récit auxquels je suis habitué mais j’en avais pas mal entendu parlé et donc lors du sortie shopping libraire 🙂 avec ma cousine celle-ci a fini de me convaincre et je l’a remercie.

Diane perd son mari et sa fille dans n accident de la route, vous l’aurez compris dans la 4éme, à ce moment tout s’effondre autour d’elle, elle ne sort plus de cette maison pleine de souvenir heureux de sa famille, même pas pour aller travailler, ni pour se rendre sur  la tombe de ces être cher qu’elle aime tant et qui lui manque, où chaque pièce est resté t-elle quelle depuis cette triste journée.

Elle vit dans se passé en adoptant chaque jours les mêmes rituels, elle se lève, fume, ce douche en se lavant les cheveux avec le shampoing de sa fille, enfile une chemise de son mari et ensuite met le parfum de cet homme qu’elle aime tant mais qui n’est plus là.

Durant une année elle va vivre ainsi, n’ayant que pour seule vie sociale la visite de son meilleur ami Félix.

Ce dernier ne supportant plus de voir son amie comme ça va essayer de tout faire pour la sortir de se torpeur et autant dire qu’il met du cœur à l’ouvrage, c’est un personnage qui me fait beaucoup sourire, mais qui m’agace tout de même.

Pour échapper à cet acharnement elle décide de partir seule e Irlande, voyage que son mari aurait aimer faire, pour une durée indéterminée.

Diane va donc louer un cottage sur le bord de mer, elle va faire la rencontre d’Edouard son voisin, qui est un personnage mystérieux et un tantinet désagréable est- ce que cela aussi une histoire douloureuse ?

En résumé:

C’est un roman qui se lit très rapidement, je l’ai commencé le soir et l’ai terminer le lendemain car le sommeil a eu raison de moi.

Dans ce roman poignant Agnès Martin-Lugand a réussi à me faire ressentir la tristesse, le désarroi dont est affligé l’héroïne, si bien que j’ai souvent versé des larmes et ce dès le début.

J’ai aimé ce roman même si j’aurai apprécié une autre fin, mais cette fin nous fait comprendre, encore une fois, la force de l’amour que porte Diane à sa famille.

J’ai lu qu’une adaptation en film est en cours, il me semble.

Note:

4/5

 

Bonne lecture…

La marmotte qui lit

Un palais d’épines et de roses

Hey les marmottons,
IMG_0300.JPG

Auteur :

Sarah J.Mass

Edition :

La martinière J. fiction

Pages :

525

Résumé :

En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l’irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.

Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n’a rien d’un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traitre comme une princesse.

Et pourquoi lui et sa cour se cachent-ils derrière des masques ?Quel est le mal qui ronge son royaume et risque de s’étendre à celui des mortels ?

A l’évidence, Feyre n’est pas simple prisonnière. Mais comme une jeune humaine d’origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ? Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.

Mon avis :

J’ai acquis ce roman juste avant le début du mois de la fantasy organisée par Steff (voir article) j’ai gagné lors d’un des nombreux concours qu’elle organise sur le groupe du challenge.

Ici nous nous retrouvons sur une réécriture de contes de la belle et la bête une version un peu moins gentillette.

Feyre (Belle) est une mortelle qui lors d’une chasse pour nourrir sa famille abat un immortel un Fae (Andras) elle doutait que c’est été un immortel jusqu’au jour ou le grand seigneur d’Andras, Tamlin (la bête) vient réclamer le paiment de ce meurtre.

Tamlin va donc emmener Feyre dans ses terres, la cours de printemps.

Il va la garder auprès de lui, en disant  que par le traité établi entre mortel et immortel , Feyre lui doit donc une vie pour celle qu’elle a enlever à Andras.

Mais est ce vraiment la véritable raison de cet enlèvement ?

Vous vous doutez que non, vu que dans le conte de notre enfance il y a la malédiction jetée à la bête et à son royaume.

Mais, n’y a t’il pas quelque chose de plus important qui ce joue ?

Cet univers est beaucoup plus dangereux que celui de conte que nous connaissons.

Dans ce récit il n’y a pas qu’un être surnaturel mais plusieurs, certaine croyez moi pas des plus gentils.

Nous débutons  notre lecture avec la romance entre Fayre et Tamlin mais les choses vont ce compliquer et laisser place à une histoire bien plus vaste, effrayante et cruelle qui se joue entre différents mortels Feyre va retrouver projeté dans ce monde sans pitié.

En résumé :

Malgré un début un peu lent, j’ai été emporté dans cette romance entre  » La belle et la bête » et puis de plus en plus altant, je me suis retrouvée comme jetée auprès des personnages comme-ci j’étais une présence passive du roman derrière Feyre dans chaque recoin du récit.

Comme ci il ne suffisait de tendre la main pour la toucher.

J’ai lu ce roman via une lecture commune qui c’est établie au sein du groupe du mois de la FANTASY.

On se limitait a cinq chapitres par jour et j’avoue que j’avais du mal de m’y tenir mais la vache que c’était bon.

J’ai vraiment adoré faire cette LC on a échangé, donné nos avis, pour certaines cela ne l’a pas fait et pour d’autres jackpot comme pour moi.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ma lecture et j’ai vraiment hâte que le tome 2 sorte en France, je vais me ruer dessus.

Note :

4,5/5

La marmotte qui lit

 

 

 

 

 

Nos faces cachées

coup de coeur 2

Hey  Les Marmottons,

nos-face-cachees

Auteur :

Amy Harmon

Edition : 

Robert Laffont

Collection R

4éme de couverture :

Ce livre est aussi une acquisition du SLPJ 2016

Ambrose Young est beau comme un dieu. Grand, musclé, les cheveux jusqu’aux épaules et des yeux de braise qui vous transpercent le cœur. Le genre de beauté que l’on retrouve en couverture des romances, et c’est peu de dire que Fern Taylor en connaît un rayon. Elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu’il est si beau, Ambrose demeure inatteignable pour une fille comme Fern. Jusqu’à ce qu’il ne le soit plus…Nos faces cachées nous conte l’histoire de cinq jeunes hommes qui ont grandi ensemble et qui partent à la guerre. C’est une histoire de deuil. De deuil collectif et individuel, de deuil de la beauté, de vies brisées, d’identités perdues. L’histoire de l’amour que porte une fille à un garçon en mille morceaux, l’histoire de l’amour que porte ce guerrier meurtri dans sa chair à une fille ordinaire. Mais aussi l’histoire d’une amitié qui vient à bout des pires chagrins, d’un héroïsme qui dépasse sa propre définition. Une version moderne de La Belle et la Bête qui nous fera découvrir avec émotion qu’il y a un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous…

Mon avis :

Dans ce roman nous rencontrons énormément de personnages auquels je me suis attachées, au début je ne m’y retrouvai pas trop entre eux, disons que le nom de notre héroïne me semblait masculin, mais j’ai enregistré après plusieurs chapitres qui est qui.

J’ai beaucoup apprécier cette romance.

Dans ce livre on fait la connaissance de Fern qui est amoureuse de Ambrose  Young depuis toujours et de Bailey , atteint de la myopathie de Duchesne, qui est le cousin et le meilleur ami de Fern.

Fern fille unique de pasteur, est une personne au grand cœur qui adore lire des romance et très bon élève.

Elle a porté un appareil dentaire, elle est petite, mince, rousse aux cheveux bouclés, son visage est parsemé de tâche de rousseur et elle porte d’énorme lunette autant dire qu’elle n’est pas attirante physiquement.

Lui est grand musclé, c’est le fils d’un mannequin.

Il est lui aussi bon élève et est un lutteur hors pair.

Ambrose a toujours été gentil avec Fern.

Et puis les attentats du 11 septembre sont venu perturber la petite vie tranquille de nos amis, Ambrose suite à la frayeur que lui on causé ces événements, pour diverses raisons que vous découvrirez dans le livre, décide de s’engager dans l’armée et ses meilleurs amis le suivent car eux aussi sont  énormément touché par tous ces morts et par l’injustice de ces actes.

Fern pendant ce temps n’a jamais cessé d’aimé ce cher Mr Young. Elle lui écrit des lettres pendant son absence qu’elle n’ose pas lui envoyer.

Bien sur quelque chose de tragique va se passer mais je n’en dit pas plus.

C’est vraiment une magnifique histoire qui prouve que malgré tout, tout le monde n’est pas si mauvais et que lorsque l’on aime vraiment quelqu’un on est prêt à beaucoup de chose .

En résumé:

Ce que j’ai aimé dans ce roman c’est que l’on ne retrouve pas les clichés de la jolie nana très intelligente naïve, qui ne vit que pour ses études et qui ne met pas sa beauté en avant, et celui du mauvais garçon canon qui ne fait que des conneries et qui cherche la bagarre à tout va.

J’ai réellement été emporté par cette lecture, les personnages sont de bonnes personnes et Bailey malgré son handicap nous a donné la pêche. Il n’est pas vraiment du genre à se morfondre nous lui il donne beaucoup de chose. Pour moi il a été l’ange de cette histoire.

Malgré quelques erreurs, j’ai adoré.

Note : 

5/5