Nos faces cachées

coup de coeur 2

Hey  Les Marmottons,

nos-face-cachees

Auteur :

Amy Harmon

Edition : 

Robert Laffont

Collection R

4éme de couverture :

Ce livre est aussi une acquisition du SLPJ 2016

Ambrose Young est beau comme un dieu. Grand, musclé, les cheveux jusqu’aux épaules et des yeux de braise qui vous transpercent le cœur. Le genre de beauté que l’on retrouve en couverture des romances, et c’est peu de dire que Fern Taylor en connaît un rayon. Elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu’il est si beau, Ambrose demeure inatteignable pour une fille comme Fern. Jusqu’à ce qu’il ne le soit plus…Nos faces cachées nous conte l’histoire de cinq jeunes hommes qui ont grandi ensemble et qui partent à la guerre. C’est une histoire de deuil. De deuil collectif et individuel, de deuil de la beauté, de vies brisées, d’identités perdues. L’histoire de l’amour que porte une fille à un garçon en mille morceaux, l’histoire de l’amour que porte ce guerrier meurtri dans sa chair à une fille ordinaire. Mais aussi l’histoire d’une amitié qui vient à bout des pires chagrins, d’un héroïsme qui dépasse sa propre définition. Une version moderne de La Belle et la Bête qui nous fera découvrir avec émotion qu’il y a un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous…

Mon avis :

Dans ce roman nous rencontrons énormément de personnages auquels je me suis attachées, au début je ne m’y retrouvai pas trop entre eux, disons que le nom de notre héroïne me semblait masculin, mais j’ai enregistré après plusieurs chapitres qui est qui.

J’ai beaucoup apprécier cette romance.

Dans ce livre on fait la connaissance de Fern qui est amoureuse de Ambrose  Young depuis toujours et de Bailey , atteint de la myopathie de Duchesne, qui est le cousin et le meilleur ami de Fern.

Fern fille unique de pasteur, est une personne au grand cœur qui adore lire des romance et très bon élève.

Elle a porté un appareil dentaire, elle est petite, mince, rousse aux cheveux bouclés, son visage est parsemé de tâche de rousseur et elle porte d’énorme lunette autant dire qu’elle n’est pas attirante physiquement.

Lui est grand musclé, c’est le fils d’un mannequin.

Il est lui aussi bon élève et est un lutteur hors pair.

Ambrose a toujours été gentil avec Fern.

Et puis les attentats du 11 septembre sont venu perturber la petite vie tranquille de nos amis, Ambrose suite à la frayeur que lui on causé ces événements, pour diverses raisons que vous découvrirez dans le livre, décide de s’engager dans l’armée et ses meilleurs amis le suivent car eux aussi sont  énormément touché par tous ces morts et par l’injustice de ces actes.

Fern pendant ce temps n’a jamais cessé d’aimé ce cher Mr Young. Elle lui écrit des lettres pendant son absence qu’elle n’ose pas lui envoyer.

Bien sur quelque chose de tragique va se passer mais je n’en dit pas plus.

C’est vraiment une magnifique histoire qui prouve que malgré tout, tout le monde n’est pas si mauvais et que lorsque l’on aime vraiment quelqu’un on est prêt à beaucoup de chose .

En résumé:

Ce que j’ai aimé dans ce roman c’est que l’on ne retrouve pas les clichés de la jolie nana très intelligente naïve, qui ne vit que pour ses études et qui ne met pas sa beauté en avant, et celui du mauvais garçon canon qui ne fait que des conneries et qui cherche la bagarre à tout va.

J’ai réellement été emporté par cette lecture, les personnages sont de bonnes personnes et Bailey malgré son handicap nous a donné la pêche. Il n’est pas vraiment du genre à se morfondre nous lui il donne beaucoup de chose. Pour moi il a été l’ange de cette histoire.

Malgré quelques erreurs, j’ai adoré.

Note : 

5/5

Phobos

phobosAuteur :

Victor Dixen

Edition  :

Robert Laffont

collection R

4éme de couverture :

SIX PRÉTENDANTES. SIX PRÉTENDANTS. SIX MINUTES POUR SE RENCONTRER. L’ÉTERNITÉ POUR S’AIMER.

ILS VEULENT MARQUER L’HISTOIRE AVEC UN GRAND H.
Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

ELLE VEUT TROUVER L’AMOUR AVEC UN GRAND A.
Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour…

MÊME SI LE RÊVE VIRE AU CAUCHEMAR, IL EST TROP TARD POUR REGRETTER.

Mon avis :

Comme vous avez pu le lire dans un article précédent, je me suis procuré ce livre au SLPJ 2016 de Montreuil où j’ai fais la queue pendant 2h30 pour rencontrer Victor Dixen, mais j’en suis ravis tout de même.

Ce livre j’en avais beaucoup entendu parler sur la toile et par des personnes de mon entourage qui l’on lu et on aimé alors j’ai tenté.

La NASA a été racheté par ATLAS qui décident de peupler Mars tout en se faisant de l’argent, le programme GENESIS, pour cela ils choisissent 6 prétendantes et 6 prétendants qu’ils envoient dans des capsules jumelles le CUPIDO d’un côté les filles et donc de l’autre les garçons, chaque participant a un lourd passé sur terre, personne ne les attends, ils ont tous décidé de partir pour quitter cette planète, car ont leur promet une vie meilleur avec amour, liberté et une certaine notoriété au passage.

ATLAS font de ce programme une télé réalité, chaque jour deux prétendants, une femme un homme, participeront à un speed daiting de 6 minutes.

Ils doivent fonctionner ainsi jusqu’à leur atterrissage sur Mars mais tout peut-il être aussi simple ? Savent -ils la vérité ?

Au début de ma lecture j’ai eu du mal à rentrer dans le récit mais dès le 1er chapitre on devine que le programme cache quelque chose, puis je me suis attachée à son personnage principal Léonord (Léo) qui est orpheline.

Léonord est une jeune femme meurtrie par son passé, c’est chez elle que j’ai le plus ressentie ses blessures. Elle dégage une force qui me fait envie, c’est pour cela que je l’apprécie.

Donc j’ai continué pour savoir ce qui allait se passer pour elle, et j’ai fini moi aussi par être propulsée dans cette aventure, plus je tournais les pages plus j’en voulais encore et à la fin et bah : « MINCE JE N’AI PAS LA SUITE, IL ME L’A FAUT !!! ».

Durant le roman on a envie d’être dans le CUPIDO et de les secouer, de leur dire : « Vous croyez pas qu’il y a un truc qui cloche, pourquoi vous, qui êtes au premier abord insignifiant, c’est pas un peu trop beau pour y croire ? Aller bougez vous, réfléchissez ! »

En résumé :

J’ai hâte de pouvoir avoir le tome 2, j’ai aimé ma lecture malgré un départ un peu compliqué.

Ce roman m’a angoissé par moment car j’avais peur pour Léo et maintenant j’ai peur pour les 12 personnes à bord. Ils sont pris au piège aucun retour n’est possible car ils mourront et avancer est la promesse d’une mort également, alors il faut que je sache la suite.

Note :

4/5

Et vous mes petits marmottons avez vous lu Phobos ?  En tout cas moi d’avoir enfin écrit cette chronique à ravivé mon envie de savoir la suite.

La marmotte qui lit

Le Paris des Merveilles T.1 Les enchantements d’Ambremer.

le-paris-des-merveilles-tome-1

Auteur 

Pierre Pevel

Edition

Bragelonne

4 éme de couverture :

À première vue, on se croirait dans le Paris de la Belle Époque. En y regardant de plus près, la tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes ont investi la Seine, les farfadets, le bois de Vincennes, et une ligne de métro rejoint le pays des fées… Dans ce Paris des merveilles, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, est chargé d’enquêter sur un trafic d’objets enchantés, lorsqu’il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. Il lui faudra alors s’associer à Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien…

Mon avis:

J’ai acquis ce livre lors de la grosse opération sur les livres numériques des éditions Bragelonne, Castermor, Milady pour 0,99ct.

J’avais déjà repéré ce bouquin en librairie car la couverture est canon et que la 4émé me donnait envie, quand j’ai vu que je pouvais l’avoir à ce prix en numérique, je n’ai pas hésité car si je n’aime pas cela m’évite d’avoir acheter le livre et de le regretter et si il me plait je le rachèterai en format papier.

J’ai donc lu ce roman en lecture commune avec Stéphanie (vidéo Pikiti Bouquine) .

Dans ce récit on est dans un univers peuplé de magie et d’êtres fantastiques comme des Elfes, des Fées, des Mages, des Licornes, des Chats ailés qui parlent et pleins d’autres encore, autant dire qu’il ne m’en faut pas plus pour accrocher.

Nos héros Louis, qui est un mage, et Aurélia, une enchanteresse accompagné de tout ce petit monde se lance dans une enquête qui concerne une famille ancienne et entre le mariage d’une fée et d’un dragon qui aurai trompé sa future épouse avec la sœur de celle ci, ce qui a entraîné la mort de la mère des licornes.

Ils vont essayer de démêler tout cela ainsi que faire le lien entre ces différentes affaires.

Dit comme ça, ça a l’air un peu farfelu, mais tout est bien amené ce qui fait que l’on ai emporté dans l’histoire et que l’on devine que quelque chose d’énorme se cache là derrière.

L’univers est magnifique, les descriptions nous font rêver et l’histoire entre nos personnages principaux Louis et Aurélia est tellement forte et nous laisse pantois par moment.

Cependant je dirai qu’il m’a manqué plus de suspense, et plus de démonstrations de magie de nos héros. Nous retrouvons beaucoup de magie lié à l’origine des personnages mais très peu concernant les personnages  en eux même, un petit tour par ci par là n’aurait pas été du luxe.

En résumé :

Elfes, Fées, Dragons, Licorne, Chat ailé, moi je dis vendu.

Ce récit n’est pas un coup de cœur il m’a manqué des choses pour que cela en soit un mais j’ai aimé ma lecture et je l’achèterai en format papier ainsi que les tomes suivant.

Note :

3.5/5

La marmotte qui lit

Le père Noël assassiné !

le-pere-noel-assassine

Auteur :

Kenneth B Andersen

Edition :

PKJ

4éme de couverture :

Le père Noël a été assassiné, les lutins et les rennes décimés.
Qui pourrait encore sauver Noël ?
Plus de sapins, plus de rennes, plus de lutins et surtout plus de cadeaux !
Le 1er décembre, le Père Noël a été assassiné par un monstre sanguinaire, et ses petits assistants massacrés par une horde de créatures maléfiques.
Depuis, la magie de Noël a laissé place à l’effroi.
Mais comment sauver Noël, quand la seule personne assez puissante pour combattre cette malédiction n’était autre que le Père Noël lui-même ?
Katrine, Frederik et Jesper ont vingt-quatre jours pour empêcher l’humanité de s’enfoncer à jamais dans les ténèbres…

Mon avis :

Dans ce roman on débute l’histoire sur le meurtre du père Noël, on va lui offrir une boîte de biscuits,qu’il va dévorer car il est gourmand et s’avère être empoisonné, en fin d’après ce que j’ai compris, cela va lui provoquer des hallucinations.

L’assassin va ensuite débarquer dans son bureau et finir le travail.

Aruld le lutin qui découvre le cadavre du père noël va faire appel  à deux enfants, des jumeaux Katrine et Frédérik pour l’aider à rétablir les choses et comprendre ce qui a bien pu se passer.

On va donc entrer dans le monde de Père Noël qui ne sera plus bonheur, joie, amour, cette magie là ne nous fera pas rêver car le monsieur à la barbe blanche n’est plu.

Les jumeaux et leurs amis n’auront que 24 jours pour rétablir les choses et éviter au monde de basculer dans l’horreur.

Pour moi ce roman ne l’a pas fait, je n’ai pas accroché, je suis déçu car j,en attendais beaucoup, j’étais impatiente de le découvrir et puis rien.

L’idée est géniale, je pensais frissonner mais il ne m’a pas fait peur une seule seconde, je l’ai plutôt trouvé comique alors que je ne pense pas que cela était le but recherché.

Je n’ai pas compris l’histoire, pour moi Frederik et sa soeur étaient plus des boulets que des héros, ils n’étaient pas crédible à mes yeux.

Ce livre m’a donné l’impression qu’il avait été écrit à la va vite, il m’a manqué pas mal de détails, il n’était pas asser aboutit à mon goût et il y avait des erreurs.

Les seules personnages que j’ai un peu aimé étaient Aruld et Rudalf pour moi c’est eux qui ont résolu cette affaire.

En résumé :

Je relirai sûrement ce livre pour essayer de comprendre un peu plus l’histoire en faisant abstraction des erreurs.

Par contre en film cela pourrai ne pas être mal.

Je n’ai pas réussi à m’imaginer les lieux et les scènes car il me manquai beaucoup trop d’éléments.

Dommage il y avait de l’idée. Après ce n’est que mon opinion car j’ai lu des chroniques avec de bon avis.

Note :

2/5

Et vous l’avez vous lu ? Si oui dites moi se que vous ne avez pensé !

La marmotte qui lit.

Cress

Cress

Auteur: 

Marissa Meyer

Editeur :

PKJ

Saga :

Tome3 les chroniques lunaires

4éme de couverture:

Cinder et le capitaine Thorne se sont enfuis aux côtés de Scarlet et de Loup.
Le groupe rebelle projette de renverser la reine Levana et son armée.
Mais, le seul espoir de la résistance réside dans Cress, qui, emprisonnée dans un satellite depuis l’enfance avec ses écrans pour seule compagnie, est devenue un hacker imbattable.
Malheureusement, la reine Levana a d’autres projets pour elle, et libérer la jeune fille pourrait bien leur coûter cher…

Mon avis :

On commence cette histoire quasiment là où elle c’est arrêté dans Scarlet. On continu dans cette quête pour sauver le monde mais nos amis en parallèle décident d’aller sauver Cress qui a été enfermé dans un satellite depuis qu’elle est enfant par Sybil, une des sbires de Levana, car elle s’avère être une hacker hors paire.

Cress a fait sa première apparition dans Cinder quand celle ci découvre la puce cachée dans l’androïde de compagnie du prince Kaïto. Lorsque Cinder actionne la puce elle se retrouve mise en contact avec Cress.

A partir de ce moment Cress va les aider à plusieurs reprises, et donc Cinder avec l’aide de ses amis décide d’aller la libérer mais vu les événements vont t’ils pouvoir lui faire confiance ?

J’ai trouvé le début un peu long, j’ai eu du mal à me remettre dans ce roman malgré qu’il reprenne là on on avait fermé le précèdent.

Au fils des lignes on apprend plein de choses sur nos autres personnages, des détails de leur vie passé se dévoile, par moment on se demande « mais comment vont t-ils se sortirent de ce pétrin, mon dieu que va t’il se passer ? »

Je dirai que ce tome commence tout doux et nous fait grimper petit à petit pour que l’on arrive à la fin on se dise « Oh, il me faut le tome 4 Winter, je veux savoir se qui va se passer ! », cette monté en puissance m’a beaucoup plu et qui a permis de palier des débuts difficile me concernant.

A l’intérieur de livre se cache suspense, joie, peur, tristesse, inquiétude…

Dans ce tome on retrouve bien le conte de Raiponce, enfermé non pas dans un tour mais dans un satellite, la longueur de sa chevelure et d’autres choses encore.

 

En résumé :

J’ai été très heureuse de retrouver Cinder, Scarlet, Thorn et tous les autres, sauf Levana bien sûr mais sans elle pas d’aventure pour sauver la Terre.

J’apprécie de découvrir un nouveau personnage à chaque tome.

Le côté un peu nunuche de ce personnage, au début m’a quelque peu agacé, en même temps connaissant son histoire peut-on lui en vouloir ?,  mais au final Cress est attachante, un peu naïve mais très intelligente, timide mais courageuse, j’ai aimé toutes les facettes de cette jeune fille.

Malgré que ce chapitre des chroniques ne soit pas mon préféré, j’ai passé un très agréable moment et il confirme mon amour pour cette saga.

Encore un fois un grand bravo à Marissa Meyer.

Note :

3,5 /5

 

L’académie Rowan La tapisserie d’or

51e5o47s8al-_sx307_bo1204203200_

Auteur

Henry H. Neff

Editeur

Pocket Jeunesse

4éme de couverture :

La vie de Max bascule le jour où son père l’emmène visiter le musée des Beaux-Arts. Il s’égare dans les salles et découvre une tapisserie aux pouvoirs étranges… Le lendemain, une lettre de l’Académie Rowan lui parvient : Max est sélectionné pour suivre les cours de cette mystérieuse institution. Plus troublant encore, il échappe de justesse à une tentative d’enlèvement. Max n’est pas au bout de ses surprises… Car Rowan n’a rien, absolument rien, d’une école ordinaire.

Mon avis :

J’ai fais l’acquisition de ce roman lors d’une opération deux livres achetés un offert et c’est celui qui était offert et heureusement.

Vous le comprendrez je n’ai pas  vraiment aimé ce roman.

On est dans une histoire ou le personnage principal découvre qu’il a des pouvoirs et rentre dans une école de magie, oui très similaire à notre ami à la cicatrice, j’ai mis du temps à rentrer dans ce roman, et même une fois concentrée sur ma lecture je n’ai pas accrochée.

Je ne me suis pas attachée aux personnages, beaucoup trop de similitude avec deux sagas que j’aime Harry Potter et Les gardiens des cités perdues, je me suis juste attachée aux créatures qui leur sont confiées.

Je vais essayer de vous parler un peu  de l’histoire.

Dans ce roman nous rencontrons Max, son père l’emmène un jour visité le musée des beaux arts.

Dans le bus qui les y emmène, il va remarquer un homme qui l’observe, cet homme a un oeil vert et un blanc, une fois au musée Max se rend compte que l’homme le suit en essayant de se cacher il va découvrir une tapisserie magique.

Le lendemain de cette expérience il  va essuyer une tentative d’enlèvement par de drôles de créatures et va recevoir une lettre lui disant qu’il est admit à l’Academie Rowan, il découvrira bien vite que cette école n’est pas ordinaire car un homme va venir lui faire passer une batterie de tests quelques peu étranges.

En résumé :

Je peux dire que je me suis ennuyée avec cette histoire, le personnage est un peu fade.

Trop de similitude avec le célèbre monde magique de JK Rowling, on retrouve un Hagrid dans l’Orgre de cuisine, une Minerva dans le personnage de la directrice, un Slughorn et bien d’autre encore.

Neanmois l’academie à se propre personnalité et les paysages sont magnifique et les créature magique sont drôle et attachante mais cela n’a pas siffit pour moi à aimé ce livre.

Note :

2/5

La marmotte qui lit

Avant toi

avant toi.jpg

Jojo Moyes

Milady

524

2012

8€20

4éme de couverture :

Si le temps nous est compté…

Lou est unefille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie.

Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’acceuil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui  un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l’accident qui l’ arendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours.

Loi m’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.

Mon avis:

Au mois de mai j’ai lu « Avant toi » de Jojo Moyes.

J’ai énormément entendu parler de ce roman, des avis plutôt pisitifs alors je me suis lancée.

Cette lecture m’a beaucoup plus et tellement fait pleurer.

Nous rencontrons Will et Lou.

Lou vient de perdre son travail dans un café dans lequel elle travaillait depuis plusieurs annéés et donc recherche un nouvel emploi. Elle va postuler pour un poste « d’aide soignante » à domicile auprès de Will tétraplégique suite à un accident de la route.

Will était un homme d’affaires très  actifs, amateur de sport à sensation et de moto.

Elle se demande pourquoi elle a été prise alors qu’elle n’a aucune expérience dans ce domaine.

Lou va rapidement découvrir qu’elle a été embauché pour essayer de redonner goût à la vie de Will, car ne lui ne souhaite que quitter ce monde et ce fauteuil auquel il est maintenant prisonnier.

Ce roman m’a beaucoup plus, tellement que vers la fin j’ai  ralenti ma cadence car je ne voulais pas le terminer.

Cette histoire est bouleversante, l’injustice dont Will est victime m’a prise au ventre.

Durant ma lecture je comprenais les points de vues des protagonistes, d’un côté l’envie de Will de vouloir disparaitre est totalement justifiée mai sle ressentiment de Lou aussi. Les deuxsituations sont égoïstes mais compréhensibles.

Pendant ma lecture ma conscience à livré une bataille du début à la fin.

En résumé:

j’ai aimé ce moment passé avec lou et Will, je me suis beaucoup attaché et je recommande ce roman.

Je pense juste qu’il ne faut pas lire ce livre quand on a pas trop moral.

Note:

4/5

 

C’est où le nord ?

Mise en page 1

Auteur

Sarah Maeght

Editeur

Albin Michel

Pages

283

Parution

2016

La 4éme de couverture

Si vous commencez le roman de Sarah Maeght, vous ne le lâcherez plus…

Ses phrases galopent, ses mots crépitent. Elle raconte avec rage et pleine d’espoir le quotidien d’une prof, les errances d’une fille de vingt-quatre ans qui ne sais pas très bien où elle va. c’est où, le nord ? Elle l’ignore. mais elle y va gaiment.

C’est le portraitd’une génération, une photographie de la France d’aujourd’hui, une verre de granadineavec trois doigts de desepoir et quelques subtances interdites.

Les jeunes s’y retrouveront, les parents qui se posent des questions aussi. Des romans comme celui-là on les ouvre et on reste planté à tourner les pages, la langue pendante…

Sarah Maeght n’a pas peur de l’émotion, elle ne triche pas, et c’est pour ça que vous allez l’adorer !

Mon avis

Pourquoi j’ai eu envie de lire ce roman car j’en ai entendu parler sur la booktubophère et la blogosphère et puis l’auteu Sarah Maeght est venue faire une séance de dédicace dans ma ville, je me suis dit tant qu’a l’acheter autant autant avoir une dédicace en Bonus.

Et puis j’ai discuté avec Sarah et cette rencontre m’a beaucoup plus, c’est une persone très gentille avec qui il est agréable de parler même si mon teint s’apparentait plus à la couleur d’une pivoine qu’autre chose. Elle m’a mêmeglisser quelques petis conseils au passage.

aussois 005.JPG

Dans ce roman nous rencontrons Ella prof de Français dans un collège « un peu  » difficile.

Sa relation amoureuse bat de l’aile avec un type que personnellent je n’aime pas donc contente pour l’héroïne qu’il se séparent.

J’ai bien retrouvé dans le récit ce que l’on ressent après une rupture, on doute, on se cherche, on se pose mille et une questions.

Par moment le récit par un peu dans tous les sens mais je trouve que ca colle bien avec l’état d’esprit de notre personnage.

Le vocabulaire, un peu vulgaire ne m’a pas dérangé plus que ça là encore je trouve que cela match avec l’environement de travail de Ella et en généralité avec notre génération, celle de l’auteur et donc la mienne.

Cependant j’aurai aimé plus d’approndissement de l’intrigue, j’ai trouvé ca trop peu à mon goût.

Comment d’écrire ?

Comme si cela avait été jetté come ça juste pour avoir une intrigue. Elle n’aurai pas été présente le livre aurai été bien tout de même.

Ce premier roman pour moi, est très prométeur et j’ai hâte de découvrir les prochains car je ne doute pas qu’il y en aura d’autre, info de source sûr.

En résumé

J’ai trouvé cette lecture légère, fraiche et j’ai beaucoup ri, pourtant ce n’est pas chose aisée, j’ai beaucoup aimer les personnages ( Ella, Théo et Lou), je ne m’identifie pas à Ella comme certaines personnes qui on lu ce livre mais par contre je ne verrai bien amie avec eux, car ils sont un peu bizarre, et moi c’est ce que j’aime.

Je l’ai lu assez vite malgré ces quelques à côtés.

J’aurai aimé un savoir peu plus concernant Lola.

Sarah Maeght m’a faite rire.

Je n’avais pas envie que le roman s’arrête mais tout à une fin on va attendre le prochain.

Voilà j’espère que si Sarah passe par là elle me dira ce qu’elle pense de mon avis.

Note:

3/5

P.S : Love Klaus

Scarlet

scarlet

Auteur:

Marissa Meyer

Editeur

PKJ

Pages 

478

Parution

2013

Saga

Livre 2 « les chroniques lunaire »

Résumé :

« Depuis les lointaines étoiles jusqu’aux recoins d’une sombre forêt, les destins de Scarlet et Cinder semblent liées.

Alors que l’une chercher sa grand mère mystérieusement disparue et que l’autre poursuit la quête de ses origines, la menace lunaire qui pèse sur l’humanité se renforce.

Scarlet et Cinder parviendront-elles àlui resister ?

Mon avis :

Suite à ma lecture de Cinder le livre 1 de la saga, j’étais dans l’impatience de connaitre la suite, c’est chose faite.

Là encore la couverture est canon.

On comprend très vite, dans ce tome que Marissa meyer  revisite le conte du petit chaperon rouge, là encore de façon très étonnante, mais qui m’a autant emporter que Cinder.

On suit donc Scarlet qui vit en France. C’est une jeune fille qui ne se laisse pas mal mener facilement, elle a un caractère bien affirmé, elle est du genre à enfreindre les règles ou plutôt de ne pas suivre les conseils que l’on donne, comme notre chaperon rouge, à qui on déconseille de passer par la forêt pour aller rendre visite à mère-grand mais qui le fait tout de même.

Scarlet et sa grand-mère habitent dans une ferme et vivent de leur récoltes.

  Michèle (La grand mère), ancienne pilote a été enlevé, et notre héroïne au caractère bien trempé assaie coûte que coûte de la retrouver.

Lors d’une livraison dans une auberge, peu après la disparition de son ainé, Scarlet va faire la rencontre de Loup, street-fighter, qui dit savoir comment et où retrouver sa grand mère, mais peut elle lui faire confince ? A t-elle le choix ?

Pendant que Scarlet mène l’enquête elle va croiser le chemin de Cinder, l’héroïne mi-humaine mi-cyborg du livre 1.

Dans ce récit on suit donc tout d’abord les avantures de Scarlet mais également la suite de celles de Cinder.

Pendant ce temps la menace de Levana grandit, la reine envoie ses créatures dressées a tuer tout être qui est sur terre. Un moyen de faire précision sur l’empereur Kaïto.

Kaï va t-il céder à Levana et accepter l’union par le mariage des deux peuples afin d’endiguer le fléau ?

Où tout ça était déjà calculer d’avance par la reine lunaire ?

Le mélange des deux histoire ne m’a pas déranger car elles sont liées et nécessaire à cette suite.

J’ai beaucoup aimé ce second tome et il me tarde de lire Cress, le livre 3 qui n’est pas encore en ma possession, mais le livre 4 Winter est déjà au rendez vous et m’attend bien sagement dans ma bibliothèque aller comprendre…

Un grand bravo encore à marissa meyer, si un jour je l’a rencontre cette dame je crois, je l’embrasse…

Bonne lecture à tous…

La marmotte qui lit.

Ce qui nous lie

ce qui nous lie

 

Auteur

Samantha Bailly

Edition

Milady grande romance

Pages

282

Parrution

2013

Résumé :

Alice a un don. Les liens entre les individus lui apparaissent sous forme de fils lumineux. Un phénomène inexplicable qu’elle a appris à dissimiler… et à utiliser pour démasquer les hommes infidèles et venger les femmes trompées. Mais au fond, Alice aspire à retrouver une vie « Normale », celle du bureau, des collègues et des relations simples.

Son nouveau job dans un cabinet de recrutement seble lui offrir tout cela, et plus encore.

Parmi les personnalités varièes qui cohabitent dans l’open space, elle rencontre  Raphaël, chasseur de têtes et des coeurs, un homme inaccessible qui ne la laisse pas indifférente.

Le seul dont Alice n’arrive pas à percevoir les liens…

Mon avis :

Ce roman est le 1er que je lis de cette auteure.

Mes premières impressions la couverture me plait, ce côté bohême j’adore et le résumé m’attire.

Dans ce récit on y rencontre Alice fille d’apparence tout ce qu’il y a de plus normale.

Elle a subit pas mal de décptions amoureuses qui semblent avoir été très douloureuses, en même tant quelle rupture ne l’ai pas me direz-vous !

Un beau jour suite a une nouvelle déception, ajouté à cela la perte d’un être cher, elle commence à voir des fils lumineux qui partent du « plexus solaire » des personnent qu’elle croisent. Ces fils représentent les liens qui unissent certaines personnes entre elles, d’une intensité et épaisseur plus ou moins grande selon la force du lien.

Cette idées de fils qui peut représenter les liens c’est génial.

Elle ne comprend pas ce qui lui arrive, mais finie par s’en servir pour débusquer les hommes infidèles, comme revenche, vengance à son histoire.

Alice ne se complait pas dans cette activité, qui est l’aboutie de sa propre peine, genre j’aurai aimé que quelqu’un fasse ça pour moi, elle aimerait retrouver une vie normale.

Elle va tout laisser tomber et postuler dans une entreprise de recrutement.

Comme d’habitude depuis qu’elle a developpé ce don, elle voit tous les liens de ses collègues, cette rivière de fils lumineux sauf ceux de son manager.

L’écriture alternée présent-passé et ensuite présent-futur au début j’avais du mal à suivre et puis je me suis habituée et j’ai même aimé ce concept.

Il y a certain aspects du roman que j’aurai voulu plus approfondis, comme la cause de ce don qu’elle n’avait pas avant. Un moment Raphaël et Alice mènent une enquête mais cette recherche de réponse se trouve abandonné, peut être parce que finalement le personnage n’y prête pas une grande importance.

Plus de détails sur  sur la naissance de l’amitié qui semble forte entre Alice  et Sébastien me manque quelque peu.

Malgré ces déceptions le cheminement de la reconstruction du personnage principal m’a emporté et les pages s’enchainaient et pui sla fin est arrivée, j’ai refermé le livre avec le sourire au lèvre la fin m’a fait chaud au coeur.

Je me suis attachée au x parsonnages de ce roman, mes émotions ont basculé d’un personnage à l’autre au fil de ma lecture.

Certains m’exaspéraient au début et ensuite je les appréciaient.

Mon ressenti est donc mitigé, l’histoire entre Raphaël et Alice prend le dessus par rapport à l’intrigue du don, mais malgré ces moins j’ai aimé ma lecture.

Je ne pense pas relire ce roman mais je nhésiterai pas non plus a m’orienter vers d’autre roman de l’auteure.

Notes :  3/5

Bien à vous

La marmotte qui lit